Ceux qui ne sont pas assez bien

Bonjour,
je suis marié, père de deux enfants. D'une constitution très robuste, je ne suis presque jamais malade. Je ne me suis jamais rien cassé, bref : une santé de fer.
J'aime la Civilisation, la Société, le fait de réussir à nous fédérer pour mieux vivre ensemble. Alors le don me paraît une très belle chose!
Alors je suis devenu donneur de Sang. Constituer des stock ? Soigner des gens ? Participer à un meilleur monde ? Oh oui, ça me plaît ! Je suis allé au Cécos aussi, pour donner mon sperme: permettre à des couples qui ont des difficultés, qui essayent d'avoir un enfant depuis plusieurs années, qui ont payé des fortunes pour cela, leur permettre -peut-être- de devenir parent grâce à moi ? Ca me paraît formidable! Je me suis inscrit également pour donner ma moelle osseuse, si quelqu'un devait en avoir besoin. Sauvé des vies grâce à moi! Whoua! C''est trop bien! Cet homme-là qui donne, anonymement, gratuitement, guidé par son seul altruisme, c'est un mec bien. Vraiment bien. Je suis un mec bien?
En plus je suis du groupe O-, "donneur universel"! Ca a de la valeur, non ? Seul 4 % de la population donne son sang: je fais partie de ceux-là! Quelle belle image j'ai de moi!

Mais non. En fait tout ça s'effondre.

Le Cécos m'a fait comprendre après une batterie de tests, que mon patrimoine génétique ne leur plaît pas assez. Qu’avec moi ils prendraient trop de risque. Autrement dit, que ma femme a fait le mauvais choix: des couples qui désirent un enfant depuis plusieurs années ne prendraient pas le risque, eux, d'avoir des enfants avec moi. Mes beaux enfants que je chéris et que j'adore, ils ne veulent pas les avoir. Trop risqué.
Et pour le don du sang, c'est pareil: j'ai vu une prostituée il y a plus d'un mois. Alors je suis "interdit de don" pendant 1 an. Je suis trop sale, trop dégoûtant pour qu'on utilise mon sang pour sauver des vies ou pour faire de la recherche.

Tu m’étonnes qu’il n’y ait que 4% de la population qui donne ! Ne serait-ce pas parce qu’il y a 96% des gens qui « ne sont pas assez bien » aux yeux de la médecine française ? Je suis vraiment dégoûté. Triste pour tous ces malades, pour tous ces accidentés, pour tous ces couples. Et triste surtout pour moi. Une fois de plus rejeté. Rejeté alors que je proposais un don gracieux. Un don de moi au sens propre. Ne dit-on pas, pourtant : « à cheval donné on ne regarde pas les dents » ? Eh bien si ! La médecine française, elle, regarde les dents. Et bien plus que les dents. Elle se permet également de porter un jugement et de bien le faire savoir au donneur. L’amour propre des rejetés ? pffft ! Qu’importe !

Je vais de ce pas me rayer des listes de don de moelle osseuse. Ou plutôt non : je refuserai au moment le plus inopportun, le plus tard possible quand ils auront un patient compatible. Là je me souviendrai du traitement de « ceux qui ne sont pas assez bien ».

Je m’en voudrais de finir mon billet sans évoquer le double risque que je vois à cette méthode de sélection : d’un côté, ils prennent le risque de ne pas trouver de donneurs. Je connais tout un tas de personne "pas assez bien" (avec moi aujourd'hui, ca fait un de plus). D’un autre coté, ils encouragent la malhonnêteté au moment de remplir leur formulaire qui n’est pourtant que déclaratif… Si j’avais menti, j’aurai donné mon sang…

Commentaires

Bonsoir, si on peut comprendre votre déception, il faut aussi mesurer tous les paramètres et en tenir compte, non seulement pour votre sécurité mais aussi et surtout pour celle des malades qui, vous pouvez l'imaginer, sont très fragilisés par leur maladie, qu'ils aient une leucémie, un autre cancer ou une autre maladie. Imaginez que vous ayez menti sur le questionnaire à remplir avant le don en ne disant pas que vous avez fréquenté une prostituée... Que ce serait-il passé si vous aviez donné et qu'on vous avait découvert un virus ou une maladie qui aurait pu faire encourir un risque vital à un malade ? Il y a par exemple la fameuse "fenêtre sérologique" dont a du vous parler le médecin de l'Etablissement Français du Sang. Chacun est libre de ses choix et de ses pratiques; n'y voyez aucun jugement de ma part bien entendu. Si on peut comprendre votre déception, à vous lire on comprend que cette interdiction de donner est provisoire. On est nombreux à être donneurs et à de temps en temps de pas pouvoir donner parce qu'on a un petit virus, une grippe, qu'on a séjourné dans tel ou tel pays... Il faut, me semble-t-il, essayer de l'accepter en pensant aux malades, ce sont eux la priorité. Et quand on peut à nouveau donner on est tout simplement heureux. Pourquoi ne pas essayer de rester positif en vous disant que vous pourrez redonner votre sang, votre plasma, vos plaquettes dans quelque temps si vous le souhaitez et peut-être sauver la vie d'un malade en lui offrant un peu de votre moelle si toutefois vous étiez compatible avec l'un d'eux ?

Bonjour,

Je pense que vous n'imaginez pas la non capacité des malades à faire face à la moindre infection... Des infections dont vous ne vous apercevez même pas, des infections anodines pour n'importe quelle personne en bonne santé. Pour une personne avec un système immunitaire défaillant, cela peut avoir de très graves conséquences. Vous êtes en colère, certes, mais ce n'est pas de la faute des malades qui ont besoin de ces dons, il est inutile de les mettre en danger pour autant.
Vous ne pouvez pas donner de votre sang, de votre sperme ou de n'importe quel organe? Faites une bonne action autrement, vous pouvez soutenir moralement peut-être ou financièrement. Chacun peut apporter sa patte, et si pour vous cela ne passe pas par le don, cela se fera via un autre biais.

Ajouter un commentaire

Une journée dédiée à la greffe de moelle osseuse

Lundi 13 mai à l'Institut Curie, le HTC Project organise une journée dédiée à la greffe...

Du rêve à la guérison, il n'y a qu'un don

Le 1er avril, à l’occasion de la Semaine nationale de mobilisation pour le don de moelle...

Une pause pour les mamans des enfants hospitalisés

Les 12, 14 et 15 mars dernier, l'association, en partenariat avec Guerlain, Maison de...