combien de temps d'arrêt

Bonjour,
Les médecins ont détecté une leucémie aigue lymphoblastique en Août dernier, inutile de vous dire que le ciel nous tombe sur la tête.
Chambre protégé durant 3 mois, et 3 semaines ensuite en Janvier 2019, les médecins heureusement sont confiant du travail, lors des prises de sang, encore des problèmes évidemment mais c'est dû a des chimios très lourde, elle est en arrêt depuis Août et jusqu'au 31 Mai 2019.

Elle va mieux, malgré de grosses fatigues ce qui est normal...
Elle travail en restauration, elle n'ose pas demander aux médecin qui la soigne combien de temps elle va être arrêté de peur de passer pour une faignasse, elle a peur de la reprise, qu'on la force en Juin a reprendre, vu la gravité de la maladie et ce qu'ils lui ont administré en chimio, une reprise en Juin me parait improbable..., mais les logiques aujourd'hui?
Son métier est très dur, très physique et j'avoue avoir peur d'une reprise trop rapide.
Elle va maintenant faire plus que une chimio par mois en hospitalisation de jour (pour l'instant jusqu'en janvier 2020 d'après le protocole).
Y a t'il un risque de reprise de travail?
Pour ceux qui ont eu une LAL, au bout de combien de temps avez vous repris? des témoignages?
Merci à vous.

Commentaires

coucou ! alors tout d'abord il n'y a pas de généralités , chaque malade est unique .... je pense qu'avant de reprendre , si elle reprend , elle devra avoir un entretien avec la médecine du travail , tu ne repars pas travailler après avoir eu une leucémie , comme si tu avais eu un rhume ..... perso , je travaillais dans la grande distribution , et j'ai été déclaré inapte ...je suis tombée malade en 2013 , LAL, greffée en 2014 , j'avais repris en 2016 en mi temps thérapeutique , mais je n'y arrivais plus ....et si je peux te dire une chose , c'est que je ne me considère pas comme une " feignasse" .... la leucémie est une maladie qu'il faut combattre ( après avoir digérer l'annonce du diagnostic ) et puis , il faut réapprendre à vivre .....le corps a été torturé par les traitements et l'esprit est un peu perdu .....dans tous les cas , ce qui compte , c'est le bien être ...alors je comprends que pour certaines personnes le côté financier entre en jeu , mais la santé prime sur le travail .... n'hésite pas à prendre rendez vous avec une assistante sociale , voir si elle n'a pas droit à des aides ....dans tous les cas , courage !!! bisous !!

Bonsoir,

Vos questions sont tout fait légitimes et je crois qu'on est nombreux à les comprendre ici. Tout d'abord il ne faut pas que la personne dont vous parlez hésite à évoquer tous les questions liées au travail qu'elle a en tête avec le médecin hémato qui la suit actuellement. Il saura la guider dans ses démarches et lui expliquer les différentes étapes avant la reprise du travail. Et comme le dit si justement Christine, à juste titre, on ne reprend pas le travail comme ça quand on est touché par une telle maladie. Il y a aussi parfois le passage par le mi-temps thérapeutique.

Qu'elle n'hésite surtout pas à en parler avec l'équipe médicale qui la suit actuellement et qu'elle n'ait pas peur de le faire. Personne ne la prendra pour une feignasse, les soignants ne savent que trop bien le combat qu'elle est en train de mener contre la maladie et les difficultés qui peuvent en découler. Le travail en faisant partie.

Il doit y avoir une assistante sociale dans le service dans lequel elle est suivie donc qu'elle n'hésite pas non plus à la solliciter pour obtenir de l'aide et des réponses à ses questions dans tous ces domaines.

Plein de courage pour la suite. Les choses se feront petit à petit.

Ajouter un commentaire

Du rêve à la guérison, il n'y a qu'un don

Le 1er avril, à l’occasion de la Semaine nationale de mobilisation pour le don de moelle...

Une pause pour les mamans des enfants hospitalisés

Les 12, 14 et 15 mars dernier, l'association, en partenariat avec Guerlain, Maison de...

Journée internationale du cancer de l'enfant : "Le...

"C'est important que chaque enfant ait l'impression que quelqu'un est derrière lui et qu'...